Notre pire expérience culinaire

Publié le par La Peintre & le Samouraï

Eh oui, nous sommes déjà le 15 mars, jour de la Rédac du mois ! Pour la 3ème fois cette année nous sacrifions à cette tradition en phase de devenir culte, avec nos amis

en lien ci-contre dans " LA REDAC "
(cf. colonne des liens à gauche)


en réponse au thème imposé

" Votre pire expérience culinaire "

Nous aurions de loin préféré évoquer quelques unes de nos meilleures expériences culinaires, plutôt nombreuses dans le genre, étant tous deux des gastronome éclairés : Gilles en tant que futur boulanger et Isabelle en tant que fille, petite-fille et nièce de boulangers dont le père, boulanger-pâtissier en retraite, se trouve par ailleurs être un virtuose de la cuisine, maestro du turbot sauce hollandaise, du homard à l'armoricaine et autres fins délices à la fois salés et sucrés, depuis les pièces montées les plus périlleuses jusqu'aux desserts les plus simples mais également les meilleurs : tarte aux pommes, aux abricots ou à la rhubarbe.

Nous aimons tous les deux la bonne cuisine, cuisine du terroir ou cuisine exotique, avec une nette prédilection pour les crevettes vapeurs, les sushis et les sashimis, mais dans tous les cas une cuisine authentique - certainement pas la cuisine moléculaire, inventée de toutes pièces par des cuisiniers certes de bonne foi dans leur démarche mais trop artistes* pour nous, pauvres terriens préférant le confit de canard aux oeufs piqués à la seringue d'obscurs ingrédients mystico-culinaires et plongés dans l'azote. Et certainement pas non plus les cochonneries que l'on trouve dans les fast-foods, qui feraient mieux de servir des vrais sandwiches avec du vrai pain, des vraies crudités et du vrai jambon plutôt que de nous empoisonner avec des ersatz de cuisine. Il paraît que ça plait aux enfants ! Bizarre, car nos enfants n'ont jamais aimé ça et chaque fois qu'il nous est arrivé, dans les vieux égarements de notre jeunesse, d'emmener de jeunes enfants dans un fast-food, nous étions bons pour leur payer un vrai croissant en sortant vu qu'ils n'avaient rien avalé ! Pourtant, qu'est-ce que c'est bon un vrai hamburger grillé sur un vrai barbecue arrosé de vrai rosé (cf. "Le barbecue" de Muriel Robin) ...

Vue d'Amsterdam

Enfin bref. Nous nous égarons. Toujours est-il que fin octobre 2003, autour d'Halloween, nous avons passé un week-end à Amsterdam et que, non désireux de tester les spécialités culinaires des coffee shops (étant assez peu voire pas du tout portés sur les champignons hallucinogènes et les gâteaux épicés) nous avons testé un restaurant indonésien, dans l'espoir de nous régaler d'un bon curry de derrière les fagots. Aimant les cocktails de jus de fruit super vitaminés, le lait de soja et le lait de coco, nous nous sommes lancés dans un apéro maison : lait de coco au kiwi. Enfin, c'est ce qui était écrit sur la carte. Peut-être avons nous mal compris la traduction anglaise, traduite elle-même d'un dialecte indonésien traduit en flamand.

Isabelle à Amsterdam

Toujours est-il que nous avons vu débouler un truc ignoble, des sortes d'asticots gluants baignant dans un liquide verdâtre plus sucré que le plus sirupeux des sirops. Dommage, nous avons jeté la photo, car le rendu était presque plus écoeurant, si cela se peut, que le souvenir original.

Le marché aux fleurs d'Amsterdam

Pas découragés pour autant nous avons poursuivi par une assiette de dégustation proposant plusieurs plats différents, pensant que sur le lot il y aurait bien un truc correct. Peine perdue : le résultat était un mélange sucré-salé proche du pop corn au caramel salé parfumé à l'endive amère sur coulis de riz sucré à la cerise.

Comment dire ? C'était immonde.

Du coup nous n'avons plus jamais osé goûter à la cuisine indonésienne...

Etait-ce une mauvaise farce d'Halloween ? Sans doute.

* rimant avec fumistes

Publié dans La rédac du mois

Commenter cet article

Ervalena 22/03/2007 11:01

Bon ben là, je vois qu'Isa et Gilou se sont bien rattrappés en vous proposant une recette de chou Kosto avec vin rouge de derrière les fagots comme ils disent. Qui a dit qu'Isa et Gilou étaient d'austères gastronomes? pas moi en tout cas! Isa sait aussi faire de délicieux plats japonisants avec beaucoup de légumes, du poisson... Et elle a un loustic qui a de l'élergie à revendre car ile st nourri à la pomme au goûter et mange bio et maison!!!!

Bluelulie 16/03/2007 17:13

quelle idee ai-je eu de vous lire juste avant midi?!, j'avais faim, mais bon la, je suis un peu degoutee avec vos asticots...

Lady Iphigenia 16/03/2007 01:45

Des asticots gluants?! Bâââh! :-P

La Peintre & le Samouraï 16/03/2007 16:58

MERCI AUX POTES DE LA REDAC pour leurs commentaires, qui permettent au fil du temps de mieux se connaître.Tu as raison, Lady, on peut faire mieux que des asticots gluants.Nathalie, comme nous te comprenons ... Laurent et Jojo, nous espérons vous avoir fait sourire.Bergère, ne pense surtout pas que notre mauvaise expérience nous a amené à généraliser en ce concerne la cuisine indonésienne ! Nous sommes ouverts à la nouveauté, tant que notre porte-monnaie et nos papilles nous le permettent.Par contre, nous devons avouer que nous préférons nettement dépenser 40 € dans un  bon vieux  pot-au-feu de derrière les fagots que 295 € pour du yaourt de foie gras et des oeufs de caille au caramel. Ce ne sont pas Anne-Laure et Hervé qui nous contrediront la dessus, connaissant notre goût pour les produits du terroir et le "fait maison".

nathalie 15/03/2007 19:31

Tres tres sympa ce recit qui permet de mieux vous connaitre!
Moi j'ai toujours emmene mes gamins chez Mac Do en milieu d'apres-midi pour profiter des bains de boules et autres jeux. On s'en tirait en achetant un jus d'orange... et on partait prendre nos repas ailleurs.

Ervalena 15/03/2007 14:42

Bergèrre a une une expérience culinaire qui en remontrerait à bien des conniasseurs!
Certes, le dégoût qu'on a des cuisines "d'ailleurs" tient plus de différences culturelles, mais si c'est mal préparé ou encore pas frais c'est autre chose!
Or j'ai lu il y a peu de temps que la DGCCRF avait débarqué dans des resros type "kebab" à Paris, eh bien il n'y avait que 20% des testés qui s'en sont sortis question hygiène!!!!!