Le quotidien de part et d'autre de l'Atlantique

Publié le par La Peintre & le Samouraï

Cela fait bientôt un mois que Gilles est à Montréal et il se sent déjà québécois dans l'âme, c'est bon signe. Samedi soir il est allé dîner (euh ... souper, en québécois) chez nos amis Brigitte & Michel, un couple franco-québécois que nous avons rencontré sur le net et qui, comme par hasard, habite exactement là où nous rêvons de nous installer : sur la rive sud de Montréal, à 20 minutes du centre ville,  de l'autre côté du Saint Laurent. Hier il a fait de la raquette au Mont Saint Hilaire et a vu des promeneurs en ski de fond qui traînaient un enfant en luge. Aurait-il pensé à quelqu'un en particulier ? Non, je ne vois pas qui ...
De retour à Montréal, il a eu sa première contravention : il n'avait pas vu le panneau "interdiction de tourner à gauche" rue Saint-Denis, bingo, 150 $ au jackpot !!! Bienvenue au pays (comme quoi on rigole pas avec la loi, là-bas). Bah, c'est le métier de nouveau québécois qui rentre.
De mon côté je poursuis mes recherches d'atelier, indépendamment de la recherche d'une maison. Montréal même ? Les loyers sont chers. Et pourquoi pas Longueuil ? Après tout, ce sera encore plus près de la maison, c'est suffisamment grand pour mon école de peinture et je peux très bien exposer ponctuellement à Montréal ... Que de questions encore sans réponse ! Mon principal souci étant de trouver l'équilibre adéquat entre qualité de vie et activité professionnelle. Sans compter qu'il faut en plus s'occuper de la vente de l'appartement ici  et  suivre notre demande de visa.                                     Ci-dessus mon visa permanent  (de 1993)
Mais cela n'entrave en rien le train train quotidien.
Nouvelles avancées de Ziggy : il joue à s'enfermer dans l'armoire et comme d'un autre côté je commence à lui apprendre le pot, il essaie de me faire plaisir en pissant dans l'armoire ! Logique de bébé implacable. Et puis il a aussi trouvé comment ouvrir les portes : on est pas rendu pour le mettre au lit maintenant, il se relève en moyenne 5 fois pour aller se promener dans le couloir et je le remets au lit autant de fois que nécessaire ! Sans compter qu'il a encore mis la main sur mon tube d'orange de cadmium et l'a trouvé particulièrement à son goût ...
Enfin voilà, ni Gilles ni moi, chacun à notre façon, n'avons le temps de nous ennuyer. Mais il faut dire que ce mot est absent de notre vocabulaire ...

Isabelle

Publié dans Tea for two

Commenter cet article

Ervalena 23/01/2007 22:26

Pauvre Gilles! Ca lui aura coûté cher cette excursion!
Par moumoutte, je voulais dire un bon manteau en peau de mouton...

Ervalena 23/01/2007 09:56

Justement je me demandais pour combien de temps encore  Gilles était à Montréal?
Là ça s'est refroidi un tantinet! Il ne sera pas dépaysé question température!
Une contravention? Ca veut dire qu'il a loué un char?
faut pas charrier! (sic!) Gloub!
J'aurais préféré me payer une moumoutte, c'est possible à ce prix?

La Peintre & le Samouraï 23/01/2007 13:21

Bin oui, il a loué un char pour la fin de semaine, histoire de se balader autour de Montréal et d'aller jusqu'au Mont Saint Hilaire faire de la raquette.Qu'entends tu au juste par moumoutte ? Une perruque ? Là, je ne te suis plus ...