La Boulange for ever

Publié le par le Samouraï


    Eh oui, à partir de ce mercredi je vais retravailler en boulangerie, laissant de côté définitivement le travail d'agent administratif, qui certes est alimentaire, mais qui ne ne fait pas triper. Et en plus ça ne tanne d'être assis derrière un écran d'ordinateur pendant 6 heures, à faire de la saisie de données. Mécaniquement et répétivement.
Moi je veus travailler debout et bouger. Bref un travail physiaue et pas statique.
    Et puis trouver du job dans le domaine administratif demande de maîtriser la bureautique, ce qui n'est pas mon cas.
    Non, là ce qui coinçait pour taffer en boulange, ce sont les horaires de nuit et de fin de semaine, qui ne sont pas compatibles avec une vie de famille. Moi je voulais les deux, car ce sont mes deux aspirations d'une vie équilibrée.
    je pense avoir trouvé là où je vais exercer ma passion des métiers de bouche (ancrés dans ma famille du côté des ancètres de Savoie) : j'ai toujours voulu faire un métier manuel, les plus nobles (comme les artistes-peintres), ceux qui demandent un apprentissage auprès d'un maître (mon beau-pére, dans mon cas), avec la transmission du savoir, puis d'apprendre le tour de mains avec dextérité. Regarder, puis répéter, sans cesse. S'exercer pour arriver à maîtriser, dans mon cas la fabrication d'un pain (très simple en ingédients : eau, farine, sel, levure mais très complexe en processus de fermentation.)
    Mon lieu de travail est une boulangerie-pâtisserie-traiteur de Boucherville qui a ouvert le 19 juin, le jour de mon essai d'embauche, trés désign, lumineuse, moderne, avec le fournil que l'on peut voir de la boutique.  En fait je suis tombé sur une annonce d'emploi-Québec avec un patron qui cherchait un pâtissier débutant, sans avoir d'expérience dans cette branche. J'ai tenté ma chance, mon destin en envoyant la photo ci-dessus. Bingo puisque le patron m'a appelé le soir même pour me voir le lendemain. Le Destin toujours. Et il ne faut pas passer à côté.
    J'ai donc fait mon essai à partir de 5h30 en avant-midi, en tourant la pâte à croissant (incorporation du beurre), en la laminant, en aidant le cuisinier, et là, je vais apprendre ce métier, comme celui de pâtissier, puisque j'ai fais deux tartes aux fraises. C'est le fun de passer d'une tâche à l'autre, comme par exemple de commencer par tourer, puis foncer des tartes sucrées ou salées, préparer des paninis, etc... C'est varié et il faut faire ce métier avec passion.
    Pour les horaires, c'est correct, puis je vais travailler de 6h à 15h du mardi au samedi. Ah j'oubliais que la philosophie de la Maison, c'est la qualité et la santé avec des farines bio, du levain, des produits frais, tout ce que je recherche quoi.
    Voilà j'espère apprendre beaucoup auprès de mes collègues et puis leur apporter mon savoir-faire, appris avec mon beau-père, et mes expériences passées.

   





Publié dans Tea for two

Commenter cet article

vero 26/06/2008 15:26

eh oui je viens de voir tes posts cantons de l'est et patisserie...très bienje l'ai dit le samourai il est doué en boulange et patisserie....bizzzzzz

cherrybee 24/06/2008 21:43

Lol, on le sentait que c'était une passion! Quand on peut, faut pas aller à l'encontre. Ma belle peintre, tu me pardonneras d'avoir insisté un peu lourdement pour savoir s'il ne voulait pas reprendre ce qui est le but de toutes ses aspirations? Il a l'air tellement heureux dans ce post! (et quand on l'a vu!). Et cette tarte aux fraises, mais cette tarte aux fraises!!!!!!!  

ervalena 23/06/2008 19:08

Ah je suis rudement contente! Joindre l'utile et l'agréable, avoir une vie normale et équilibrée quoi!!!! Quand tu auras appris, tu seras au point pour ouvrir un B and B!!!!Bravo!!!