Mouche ton nez, dis bonjour à la dame, enlève tes mains de tes poches !

Publié le par La Peintre

Allez donc faire un tour ci-dessous avant de lire ...

1/ Laurent, 2/ Olivier, 3/ Bergere, 4/ Bertrand, 5/ JvH, 6/ Jean-Marc, 7/ Lady Iphigenia, 8/ Julien, 9/ Christophe, 10/ Hibiscus, 11/ Bluelulie, 12/ Anne, 13/ Joël, 14/ Looange, 15/ V à l'ouest, 16/ Jo Ann v, 17/ William, 18/ Catie, 19/ Nanou,  21/ Lelynx, 22/ Cecfrombelgium, 23/ Gally, 24/ Froggie, 25/ La Nymphette, 26/ Julie70, 27/ Aurélie N, 28/ Gazou, 29/ JulieMeunier, 30/ BlogBalso, 31/ Celine, 32/ Vladyk, 33/ Hpy, 34/ Lydie, 35/ Lucile, 36/ Guy Cardinal, 37/ Optensia, 38/ Linda, 39/ Denis, 40/ Yibus, 41/ Julie,

LA REDAC DU MOIS

Les bonnes manières, le savoir-vivre, la politesse, la bonne éducation
Au sujet des bonnes manières à table, Erasme écrivait en 1530  dans "L'Education des enfants" :
« Si on distribue des serviettes, pose la tienne sur ton épaule gauche ou sur ton bras.

Si tu t'attables avec des gens de qualité, ôte ton chapeau mais veille à être bien peigné. À droite le gobelet et le couteau, à gauche le pain.

Ne plonge pas le premier tes mains dans le plat que l'on vient de servir: on te prendra pour un goinfre et c'est dangereux. Car celui qui fourre, sans y penser, quelque chose de trop chaud dans la bouche, doit le recracher ou se brûler le palais en avalant.

Il est bon d'attendre un peu pour que le garçon apprenne à maîtriser ses instincts.

C'est d'un paysan que de plonger les doigts dans la sauce. On prend ce qu'on désire avec le couteau et la fourchette sans fouiller le plat tout entier comme font les gourmets en s'emparant du morceau le plus près de soi.

Il est discourtois de lécher ses doigts graisseux ou de les nettoyer à l'aide de sa veste. Il vaut mieux se servir de la nappe ou de la serviette. »

desproges.jpg

 

En France il est de bon ton de poser les mains sur la table (pas les coudes) et non sous la table, comme en Grande-Bretagne. De même, l’usage de la fourchette est vivement recommandé, alors qu’en Afrique du Nord on mange avec ses doigts. Au Québec, à moins de connaître ses voisins, on baisse ostensiblement le nez dans l’ascenseur alors qu’en France il est mal vu de ne pas se fendre d’un « bonjour » en entrant et d’un « bonne journée » ou « bonne fin de journée » en sortant. Par contre, à moins de vivre dans une petite ville, on ne salue pas les gens dans la rue. Je me souviens d’une jeune provençale de passage à Paris. En entrant dans le métro pour la première fois de sa vie, elle a lancé un tonitruant « bonjour » avant de récolter des regards noirs : les voyageurs croyaient qu’elle voulait faire la manche ! Question de culture … et de densité de population.
serres.jpgDans certains milieux les enfants voussoient leurs parents et ne parlent pas à table. La galanterie exige que l’homme cède le passage à une femme, lui tienne la porte ou avance sa chaise. Tiens, à propos, si je vous dis que Gilles ne me laisse jamais monter ou descendre de voiture sans ouvrir la portière, quitte à faire le tour du véhicule, le croiriez vous ? Non ? Eh bien si, Gilles appartient à une espèce en voie de disparition. Sauf quand un banc de neige bloque l’accès à la voiture, que je dois me frayer un chemin avec mes grosse bottes et que de toute façon on ne passe pas à deux. Dans ces cas là c’est chacun pour soi ! Mais il déneige le pare-brise. On ne peut pas tout avoir non plus …
galanterie.jpg
Je me moque un peu des usages et de la mode, j’aime bien dire des gros mots de temps en temps (ça me défoule) mais une chose m’horripile : le manque de savoir-vivre. Ne pas dire bonjour au téléphone, ne pas saluer le chauffeur en montant dans un bus, regarder une personne de haut ou l’ignorer (par exemple, prendre des appels sur son cellulaire au lieu de parler avec la personne qui se trouve avec vous). Nous ne sommes pas des objets, nous sommes des êtres humains ! Cela devient de plus en plus difficile dans notre société mécanisée où les gens ne sont plus des personnes mais des numéros, mais ce n’est pas une raison pour se cacher derrière des principes et des machines. Et là, ce n’est plus une question de culture, mais de respect. Par contre, je déteste les commerçants qui font des sourires artificiels avec des dollars plein les yeux. Ceux-là peuvent me faire les yeux doux tant qu’ils veulent et même dérouler le tapis rouge, l’intérêt qu’ils me témoignent étant proportionnel à celui qu’ils portent à leur caisse enregistreuse, je fuis à toute vitesse et, par principe, je vais voir ailleurs si j'y suis. Ou alors je vais voir mes potes les tontons flingueurs ! Eux ils ont de la classe ...
truands.jpg
photos courtoisie du web

Publié dans La rédac du mois

Commenter cet article

Ervalena 16/03/2008 18:24

Ah, tu as dégotté un oiseau rare avec Gilles! Remarque le mien d'oiseau est pas mal côté éducation. Je sais que Mai 68 a balayé beaucoup de ces bonnes manières considérées comme maniérées justement ou ringardes, mais à présent, je pense que les gens commencent à se rendre compte que la délicatesse est une chose qui vient tout droit du coeur et non de conventions sociales hypocrites. Quand le savoir-vivre est acquis tout jeune, il devient naturel et on n'y pense plus, cela devient automatique! C'est vrai que depuis, le monde moderne a intriduit de nouvelles façons de communiquer, mais je te rejoins tout à fait pour le portable utilisé à tout bout de champ. je trouve cela très mal élevé de parler avec une autre personne quand on est déjà en conversation... Qu'est ce qui les empêche de mettre leur portable sur répondeur quitte à vérifier discrètement ensuite ses appels?

La Peintre & le Samouraï 17/03/2008 01:51

Et en plus, cela n'a rien à voir avec le niveau social, contrairement à ce que j'ai pu lire ailleurs ! Mon grand-père était un ouvrier qui a commencé à travailler à 12 ans, il avait une excellente éducation. Et il m'est arrivé de me faire regarder de haut par des personnes d'un rang social supérieur au mien, dont le comportement montrait justement un manque de savoir-vivre déplorable. Comme je le dis souvent, porter attention aux autres, c'est aussi se respecter soi-même.Eh oui, tu as raison, on a épousé des oiseaux rares, toutes les 2 !

Joël 16/03/2008 16:23

Super rédac. De l'humour c'est important. L'humour est la politesse du désespoir.

La Peintre & le Samouraï 17/03/2008 01:54

Merci c'est gentil ! Si on commence par se prendre trop au sérieux on est fichu de toute façon. Il y a suffisamment de drames dans la vie sans en rajouter dans les petites choses du quotidien.

Vladyk 16/03/2008 14:46

La chaleur humaine est l'une des plus belle forme de courtoisie ou de savoir vivre selon le cas... Pour ma part même si je suis l'un des rares à le faire où je travail (au Québec) quand je rentre ou sort d'un ascenceur j'aime bien dire bonjour et bonne journée même si souvent je n'ai pas de réponse en retour...Je ne crois pas que parce que l'on a pas de réponse l'on se doit de ne pas faire une chose, moi si je me sens bien de le dire pourquoi devrais-je m'en priver vue que cela n'est aucunement impoli de le faire ?

La Peintre & le Samouraï 17/03/2008 01:53

T'en fais pas, à force de leur  rentrer dans le lard, ils finiront bien par te répondre ces malotrus !Bonne soirée :-)

Lady Iphigenia 16/03/2008 05:35

Moi je dis: À mort les téléphones cellulaires! Je suis tout à fait d'accord avec toi. À chaque fois que je vois des imbéciles qui parlent FORT dans leur cellulaire en faisant les courses ou à la bibliothèque, j'ai envie de leur foutre un grand coup de pied au cul! Non mais!

La Peintre & le Samouraï 17/03/2008 01:52

Ou de balancer le cellulaire dans un banc de neige (profitons en, on a encore quelques semaines pour le faire !)

julie70 15/03/2008 13:51

ultra sympa ton redac!et cela me rappelle tant des souvenirs aussi!cela fait longtemps qu'on ne m'a pas aidé mettre mon manteau et ne m'a pas fait du baise main (la dernière fois c'était en Roumanie) et aussi, je me rappelle combien les Suisse ont rigolé des touristes français nettoyant leur plat avec du painmais aussi de ma mère me disant "non, Julie, il ne faut pas mouiller le pain dans la soupe, c'est que les paysans qui le mange ainsi!" - maintenant, je sais d'ailleurs pourquoi: avec le pain plus sec et les dents moins bons... ah oui, à chaque fois que je trempe ma pain je pense à maman!

La Peintre 17/03/2008 02:40

Le baise main, je ne sais pas si on me l'a déjà fait ! Je crois que je m'en souviendrais ... Mais je ne regrette rien : je préfère une bonne poignée de main à un léchage de main style Alice Sapritch dans "La folie des grandeurs" !